Congrès 2008

Les défis économiques à long terme : perception et réalité

33e Congrès de l’ASDEQ
Hôtel Hilton, Gatineau

Séance de perfectionnement professionnel (Delfosse) : Les études d'impact

L’estimation des retombées économiques est un sujet qui intéresse autant les gens du milieu que les gouvernements. La méthode la plus utilisée est celle des modèles entrées-sorties et ses nombreuses variantes. Le développement de ces modèles a valu à son auteur, Wassily Leontief, le prix Nobel d’économie en 1973. Au Canada, Statistique Canada produit annuellement un modèle interprovincial. Au Québec, le modèle intersectoriel de l’Institut de la statistique du Québec est aussi disponible. Cette session de formation va offrir un survol des modèles entrées-sorties, y compris leurs limites, et va mettre l’emphase sur l’aspect pratique de l’évaluation des retombées économiques, y compris l’importance de la collecte des données, bien identifier l’origine des intrants et les facteurs qui influencent la magnitude des retombées. Des exemples réels seront présentés pour illustrer diverses problématiques liées à l’estimation des retombées économiques.

 

Les défis économiques à long terme : perspectives analytiques (Beethoven B)

 

D’une crise à l’autre ?  Perception et réalité (Beethoven B)

Le monde connaît actuellement des changements structuraux majeurs.  Les gouvernements doivent en prendre acte et s’assurer d’avoir les outils nécessaires pour leur permettre de maintenir le bon ordre politique, social, économique, financier et diplomatique.  Or, certains enjeux doivent parfois atteindre des proportions de « crise » avant que n’émerge un consensus social et politique pour passer à l’action.  On l’a vécu avec la situation des finances publiques dans les années 1990.  La période de croissance économique que l’on observe depuis plus d’une décennie a pour effet de masquer certains enjeux clés, notamment les défis en matière d’infrastructure, de productivité, de changements climatiques, de politique énergétique, de démographie, d’éducation, de marché du travail et d’immigration.  Quels sont ces enjeux et quelle en est l’ampleur ?  Y a-t-il un fossé entre la réalité et la perception qu’ont les citoyens de l’état de la situation ?  Comment créer les consensus nécessaires pour passer à l’action ? 

  • Louis Lévesque, sous-ministre, Affaires intergouvernmentales, Bureau du Conseil privé 
  • Jean-Louis Roy, chercheur invité au Centre de recherche en Droit Public de l'Université de Montréal et Président de Partenariat International

 

Déjeuner causerie (Mozart A)

 

Changements démographiques : sommes-nous prêts ? (Delfosse)

 

Problématique

Le vieillissement de la population s’avère depuis quelques années l’un des thèmes les plus préoccupants en raison notamment de ses incidences intergénérationnelles anticipées. Quelle est l’ampleur réelle du phénomène ? Les générations futures auront-elles une capacité fiscale suffisante pour y faire face ? Le Québec est-il un cas exceptionnel ? Y a-t-il des leçons à tirer d’expériences étrangères ? Les mesures prises jusqu’à maintenant sont-elles suffisantes ? Aurons-nous la main-d’œuvre nécessaire et qualifiée pour faire face à ce défi ? L’immigration peut-elle jouer un rôle significatif ? Faudrait-il envisager d’autres mesures, telles que : réduire les coûts de la santé, revoir le rôle des caisses de retraite, prévenir le décrochage scolaire ou encourager les politiques familiales ?

  • Richard Roy, Directeur général, Analyse de la politique micro-économique, Industrie Canada Conférenciers : Pascal Gauthier, Économiste, TD Economics 
  • Pedro Antunes, Directeur des prévisions économiques nationales et provinciales, Conference Board du Canada

 

Environnement : sommes-nous des élèves modèles ? (Beethoven B)

 

Politique de sélection et d’intégration des immigrants (Delfosse)

 

Doit-on avoir peur des PPP ? (Suzor-Côté)

 

Innovation et nouvelles énergies : une panacée pour l’environnement ? (Beethoven B)

 

Peut-on rendre compatibles la gestion de long terme et le cycle électoral ? (Beethoven B)

Nos gouvernements ont un rôle important à jouer afin de mieux faire face aux grands défis de long terme. Cependant, nos gouvernements ont souvent tendance à mettre beaucoup d’emphase sur le court terme. Sont-ils en mesure de gérer sur un horizon beaucoup plus long ou faudra-t-il des catastrophes (p. ex. l’effondrement du viaduc de la Concorde) pour les aider à créer des consensus et à donner des coups de barre par la prise de mesures à long terme ? Avons-nous un problème de gouvernance ou de leadership qui compromet la capacité de nos gouvernements à orchestrer la mise en place des politiques publiques nécessaires au relèvement de ces défis ?

 

L’adoption des technologies dans les pays en développement (Suzor Côté)

Les nouvelles technologies et l’innovation ont le potentiel d’aider les pays en développement à faire un saut technologique en adoptant des technologies de pointe sans passer par les technologies traditionnelles. Par exemple, certains pays, tel le Kenya, ont comblé une partie de l’écart technologique en adoptant la téléphonie cellulaire sans avoir développé un système mature de télécommunications par câbles. D’autres technologies, telle l’énergie solaire, offrent le même potentiel. Une accessibilité plus importante et l’élimination des intermédiaires contribuent au processus de démocratisation des technologies et apportent des bénéfices économiques tels qu'une adoption plus rapide et une réduction des coûts liés à la corruption. L’atelier identifiera les technologies prometteuses, l’infrastructure nécessaire, le rôle des secteurs privé et gouvernemental pour promouvoir l’adoption de technologies de pointe, l’impact de ces technologies sur l’entreprenariat et qualifiera les gains en termes économiques.

 

Déjeuner causerie (Mozart A)

  • Rodrigue Tremblay, Professeur émérite de sciences économiques, Université de Montréal