Accueil > Activités

Actualités courantes

29/042015

À titre de rappel

Outaouais

BUDGET FÉDÉRAL ET CONJONCTURE ÉCONOMIQUE

La section de l’Outaouais de l’Association des économistes québécois a organisé le 29 avril dernier un 5 à 7 lors duquel M. Benoit Robidoux, sous-ministre adjoint à Finances Canada a présenté les principales composantes du plan budgétaire 2015 du gouvernement fédéral. La présentation de M. Robidoux fut suivie d’un commentaire éditorial de M. Paul-Henri Lapointe, ex-sous-ministre adjoint à Finances Canada et ex-ambassadeur du Canada auprès de l’OCDE.

Dans sa présentation M. Robidoux a indiqué que la performance du Canada a été supérieure à celle des autres économies du G-7 au cours de la reprise économique. Cela dit, l’économie mondiale demeure fragile et les perspectives de croissance du PIB réel mondial ont été révisées à la baisse à répétition depuis 2011. Récemment, les prix inférieurs du pétrole ont eu une incidence sur les perspectives économiques et budgétaires canadiennes. Malgré les nombreuses difficultés, le budget fédéral indique que le gouvernement tient sa promesse de rétablir l’équilibre budgétaire en 2015. Le budget annonce également l’intention du gouvernement actuel d’enchâsser sa démarche prudente en matière de planification budgétaire dans la loi en présentant une loi sur l’équilibre budgétaire. À noter, les économies budgétaires des dernières années ont été réalisées en contrôlant les dépenses des ministères fédéraux. Sans ces économies, le déficit serait de plus de 17 millions pour l’année fiscale en cours. Au cours de sa présentation, M. Robidoux a également effectué un survol des mesures clés du plan d’action économique de 2015, organisé selon trois thèmes principaux : (i) favoriser la création d’emplois et la croissance économique (ii) aider les familles et les collectivités à prospérer et (iii) protéger les Canadiens.

M. Lapointe a, par la suite, indiqué son soutien vis-à-vis un grand nombre d’initiatives présentées dans le budget. Il a cependant questionné le choix du gouvernement de réduire son fonds de prudence (ou réserve pour éventualités) afin d’atteindre plus tôt l’équilibre budgétaire. Selon lui, rien dans les perspectives économiques actuelles ne justifie la baisse du fonds à 1 milliard de dollar pour les trois prochaines années. Cette baisse limitera les possibilités des gouvernements futurs en cas de choc économique. M. Lapointe a également partagé certaines préoccupations par rapport à la loi sur l’équilibre budgétaire.