Accueil > Activités

Actualités courantes

9/122021

Retour sur le webinaire du 26 novembre 2021 | Le rôle des protéines végétales et des viandes cultivées dans l’économie agricole du futur

Montréal

Le vendredi 26 novembre dernier, la section Montréal de l’ASDEQ a donné un webinaire intitulé « Le rôle des protéines végétales et des viandes cultivées dans l’économie agricole du futur », animé par Pierre-Luc Gilbert. Pour l’occasion, nous avons eu la chance d’avoir un panel d’experts sur le sujet avec Dr Martin Juneau, Médecin, cardiologue et professeur titulaire de clinique à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, et M. Vincent Cloutier, Conseiller principal agriculture et agroalimentaire à la Banque Nationale.


D’entrée de jeu, Dr. Juneau a décrit avec justesse les bienfaits d’une alimentation basée sur un régime de protéines végétales vis-à-vis les protéines animales, notamment sur les risques liés aux maladies cardiovasculaires, au diabète et aux autres troubles liés au surpoids. Alors que la littérature scientifique démontre que le régime méditerranéen est reconnu pour son impact bénéfique sur la santé des gens, sur lequel le nouveau Guide Alimentaire Canadien est inspiré depuis 2019, Dr. Juneau a démenti plusieurs mythes voulant que des régimes végétariens peuvent mener à des carences alimentaires. Questionné sur les impacts sur la santé des viandes produites en laboratoire, Dr. Juneau a reconnu que les mêmes enjeux sanitaires liés à la consommation de protéines animales produites à la ferme pourront être soulevés, bien que les viandes cultivées pourraient être plus populaires auprès de gens sensibles aux enjeux de bien-être animal et d’impact environnemental.


M. Vincent Cloutier a poursuivi en 2e partie de webinaire sur les tendances mondiales de consommation de viande caractérisées par une diminution généralisée de la consommation de viande rouge au profit des viandes blanches ainsi que la flambée généralisée des prix des denrées alimentaires au cours des dernières années. Sur le sujet des technologies de viande cultivée en laboratoire, il a spécifié que les fabricants devront produire des viandes à bon goût et à des prix compétitifs tout en s’assurant de respecter la sécurité alimentaire des pays, car c’est sur ces 3 critères que les consommateurs détermineront le niveau d’acceptabilité de ces produits. Finalement, il a conclu en spécifiant que les viandes cultivées en laboratoire sont toujours en développement et que l’on doit s’attendre à ce qu’elles n’apparaissent que graduellement sur les tablettes des épiceries au cours de la prochaine décennie.

 

>> PAGE DE L'ÉVÉNEMENT